L’autisme et la musicothérapie

Please follow and like us:

Autisme

On définit l’autisme comme un trouble complexe, qui peut prendre plusieurs formes et dont les symptômes diffèrent en conséquence. Il affecte les compétences sociales, linguistiques et cognitives de l’enfant. L’une des principales caractéristiques des personnes atteintes d’autisme est leur difficulté à établir des relations sociales et à exprimer leurs sentiments.

La version originale de l’article se trouve sur :

https://upbility.fr/blogs/news/musicotherapie-aborder-l-autisme-autrement

Autisme et musicothérapie

On observe une influence positive de la musicothérapie sur le développement des capacités des enfants qui présentent un trouble autistique. L’une des raisons pour lesquelles les spécialistes ont commencé à utiliser la musique comme thérapie est le fait qu’elle stimule les deux hémisphères du cerveau. Dès lors, on peut utiliser une chanson ou un instrument de musique pour renforcer les compétences cognitives et sociales. 

En outre, la musique favorise le comportement communicatif et les relations interpersonnelles. L’utilisation d’un instrument de musique durant la thérapie donne aux enfants l’occasion de développer une forme de relation avec l’objet lui-même, d’abord, puis de communiquer avec les autres membres du groupe, via la musique.

Pourquoi la musicothérapie ?

Des études ont montré que, quand on utilisait la musicothérapie avec des enfants et des adolescents atteints d’autisme, leur niveau de concentration et d’attention augmentait, de même que leurs capacités de communication (expression, formulation, gestes et vocabulaire). Leur stress diminue ; leur conscience corporelle et leur coordination physique augmentent. De plus, on a observé que les personnes qui présentaient un trouble autistique répondaient positivement aux stimuli musicaux, même quand il était difficile d’attirer leur attention par ailleurs.

Via l’interprétation de la musique, tant des paroles que du son, les capacités de communication peuvent se développer. Les enfants autistes peuvent par exemple apprendre de nouveaux mots par la chanson, ou comprendre, via les messages qu’elle transmet, comment ils doivent se comporter dans une situation sociale. En créant de petits groupes dans lesquels ils écoutent de la musique ensemble, on peut aussi accroître leur confiance en eux et leur permettre de se sentir suffisamment à l’aise pour commenter quelque chose ou pour chanter. 

La musicothérapie a pour objectif d’établir ou d’améliorer la relation de l’enfant avec le spécialiste, mais aussi avec d’autres personnes : lorsque les enfants sont habitués aux autres participants, on peut inviter d’autres membres de la famille à prendre part à la thérapie.

Enfin, outre l’amélioration sensorielle qu’apporte la danse, le développement du langage que permettent les paroles et la dynamique sociale qu’instaure l’apprentissage d’un instrument, le rythme peut susciter un jeu spontané qui stimule à la fois les deux hémisphères du cerveau et le corps.

En quoi la musicothérapie peut-elle aider les enfants atteints d’autisme ?

La musicothérapie peut améliorer le niveau de vie des personnes qui présentent un trouble autistique, grâce aux nombreux avantages qu’elle offre :

La musique offre une stimulation multisensorielle

De nombreux enfants atteints d’autisme ont des besoins sensoriels complexes et sont constamment en recherche de stimuli sensoriels. La musicothérapie contribue à réduire les comportements non souhaitables et à développer des réponses plus adéquates à chaque situation. Quand une personne est régulièrement en contact avec la musique, elle reçoit à la fois des stimuli auditifs, visuels et tactiles. Il est important de se rappeler que certains enfants souffrent d’une exposition excessive à des stimuli sensoriels ; toutefois, l’un des avantages de la musique est qu’elle peut aisément s’adapter aux besoins de chacun.

La musique stimule l’ensemble du cerveau

Des études montrent que la musique n’est pas seulement perçue par l’un des deux hémisphères du cerveau, mais qu’elle stimule à la fois le côté gauche et le côté droit. Par le simple fait d’écouter de la musique, on stimule les réseaux neuronaux qui sont liés aux émotions, à la créativité et au contrôle moteur.

La musique fournit une structure

La structure de la musique crée un sentiment de sécurité et de familiarité chez les enfants. Habituellement, les personnes atteintes d’un trouble autistique se sentent mieux quand elles savent ce qui va suivre. La simple participation à une activité liée à la musique semble réduire le stress causé par les transitions et les nouvelles activités. Pour les enfants qui se passent difficilement de la répétition des activités, les nouvelles chansons peuvent être introduites petit à petit, sans changer les routines mises en place dans le reste de la séance.

La musique peut améliorer la communication

Nombreux sont les enfants atteints d’autisme qui parlent peu ; par ailleurs, plusieurs enfants qui ont des problèmes de fonctionnement éprouvent des difficultés à suivre des instructions verbales et à décoder correctement les signaux non verbaux, comme le langage corporel. La musique est un moyen d’expression qui ne nécessite pas de mots. Via des improvisations au piano ou à la batterie, par exemple, l’enfant peut exprimer la colère, la tristesse, la joie, l’enthousiasme, etc.

Dans d’autres cas, la musicothérapie aide à développer des compétences linguistiques déjà existantes, et ce, de plusieurs manières. La musique peut ainsi permettre aux enfants de comprendre des notions, de nommer des objets et des images, mais aussi d’améliorer leur niveau de compréhension et de développer leurs capacités de communication. 

On estime que la musique améliore la capacité d’association des sons aux actions, en reliant le centre cortical auditif au centre moteur. Ceci peut faciliter la compréhension d’instructions verbales. Associer de la musique aux actions permet, avec de l’entraînement, de renforcer les parties du cerveau liées au langage.

La musique favorise les interactions sociales

On a remarqué que les enfants atteints d’autisme s’exprimaient davantage et se montraient plus communicatifs durant les séances de musicothérapie que durant des séances sans musique. Des recherches ont aussi montré qu’ils répondaient plus souvent aux consignes du spécialiste.

Les enfants s’échangent des instruments de musique, jouent à des jeux musicaux, se regroupent autour d’un instrument – et ce ne sont là que quelques-uns des moyens par lesquels les séances de musicothérapie peuvent renforcer la communication. Des compétences sociales de base se développent, comme la capacité d’intervenir chacun à son tour, le contact visuel, l’attente et la participation active à des activités de groupe ; en même temps, on encourage le jeu à plusieurs, ce qui permet aux enfants de nouer plus facilement des relations avec leurs condisciples.

La musique réduit le stress

Les enfants qui présentent un trouble autistique sont particulièrement sujets au stress, car il leur est impossible d’isoler les stimuli qui le provoquent. Des études ont montré que la musicothérapie diminuait l’anxiété des personnes atteintes d’autisme. Une recherche dans ce domaine a montré qu’après seize séances de vingt minutes au cours desquelles les participants avaient écouté de la musique, leur stress avait diminué de manière significative. La musique classique, et plus généralement toute musique au rythme constant, est idéale quand il s’agit de réduire l’anxiété des enfants atteints d’autisme, parce que le rythme en est facilement prévisible.

La musique contribue au développement des capacités motrices, cognitives et sociales

Les enfants qui souffrent d’un trouble autistique éprouvent souvent des difficultés à apprendre les lettres et les chiffres, ainsi qu’à développer des capacités motrices globales et fines. La musicothérapie se révèle aussi utile dans ce domaine, car elle peut exercer les capacités motrices, cognitives et sociales.

Natassa Taouxi

Sources :

www.cochrane.org/CD004381/BEHAV_music-therapy-people-autism-spectrum-disorder

http://nursejournal.org/community/the-benefits-of-music-therapy-for-autistic-children/


https://upbility.fr/blogs/news/musicotherapie-aborder-l-autisme-autrement

Please follow and like us:

Quand la musique lie, connecte,devient un soutien dans la relation d’aide.

Please follow and like us:

Quand la musique connecte au souvenir d’une émotion.


La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

De nombreux couples ont une chanson fétiche. C’est « notre chanson », disent-ils : celle qui leur rappelle un événement particulier, un moment dans leur vie à deux. Par exemple, la chanson qu’ils écoutaient quand ils se sont rencontrés, celle qui correspond au moment de leur mariage ou encore celle qu’ils aimaient quand la guerre les a séparés.

Ces chansons sont un moyen particulièrement puissant de se reconnecter à des souvenirs partagés et aux émotions qui les accompagnent. Il existe ainsi une forme de mémoire partagée ou autobiographique qui s’active grâce à la musique ; les chansons agissent un peu comme une « colle mentale », fixée durablement dans l’identité du couple.

Bien que ce phénomène soit connu de tous, peu de recherches ont été menées au sujet des souvenirs autobiographiques suscités par la musique. A travers des anecdotes ou dans des films, de nombreux témoignages évoquent pourtant la capacité de ces chansons à retrouver ses esprits et à se relier aux autres, en particulier dans les cas de démence.

Si nous pensons spontanément aux couples qui partagent une chanson chère à leur coeur, ce phénomène peut aussi concerner des amis proches ou les membres d’une même famille.

Le film Monnlight, récemment oscarisé, nous en offre une poignante illustration. Chiron et Kevin, amis au lycée, aiment écouter ensemble la chanson Hello Stranger de Barbara Lewis.

Leur amitié se renforce tandis que Chiron vit des moments difficiles : ses camarades de lycée le harcèlent, mais sa mère accro à l’héroïne se montre incapable de le protéger ou de le soutenir. Puis les années passent et les deux amis se perdent de vue. Mais quand Kevin entend à nouveau « leur » chanson – par hasard -, il se souvient avec émotion de leur amitié. Il décide alors d’appeler Chiron au beau milieu de la nuit et Chiron, de son côté, grimpe dans sa voiture, roulant des heures pour débarquer à l’improviste dans le diner où Kevin travaille. Dans la superbe scène de leurs retrouvailles, Kevin lance « leur » chanson.

À travers les âges et malgré la démence

Les effets de ces chansons partagées sont puissants et résistent aux effets du temps. Leur sens reste intact même à un âge avancé, y compris en cas d’un déclin des fonctions cognitives lié à la démence.

Chez les personnes souffrant de démence associée à la maladie d’Alzheimer , un trouble dégénératif qui affecte la mémoire, nous avons observé combien les capacités musicales et la mémoire liée à la musique restent des « îlots de mémoire préservée » alors même que leur mémoire est altérée.

Il existe des cas surprenants de personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer à un stade avancé qui continuent à se rappeler « leur chanson » (celle qu’ils partageaient avec un proche) et de jouer de leur instrument de musique favori. Ted McDermott, 80 ans et souffrant de la maladie d’Alzheimer, a même enregistré un disque, quand d’autres parviennent à apprendre et se souvenir de nouvelles mélodies, même s’ils n’ont jamais reçu de formation musicale.

Grâce à la musique, Ted McDermott, alias Teddy Mac, a retrouvé une seconde jeunesse et même enregistré un disque après que cette vidéo Youtube où on le voit chanter avec son fils Simon soit devenue virale.

Mais comment est-ce possible? Les études en neuroimagerie montrent que la musique agit comme un super stimulus. Elle active de larges zones du cerveau, y compris celles qui contrôlent le mouvement, l’émotion et la mémoire. Les chansons familières et les chansons préférées peuvent aussi déclencher l’activité des régions frontales du cerveau, qui sont précisément les régions épargnées par les troubles liés à la maladie d’Alzheimer.

Cela signifie que la musique est un catalyseur d’émotions unique. Elle peut à la fois représenter le lien de la personne à son propre passé et le moyen de se reconnecter à des souvenirs partagés.

La musique, plus puissante que les photos

Dans l’étude que nous avons mené sur les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, nous avons découvert que, pour faire resurgir des souvenirs personnels, la musique était plus efficace que d’autres supports, comme les photographies.

Les chansons écoutées pendant le « pic de réminiscence », entre l’adolescence et le début de l’âge adulte, sont les plus aptes à déclencher des souvenirs autobiographiques. Tout est question de timing : cette période de la vie correspond à un moment de construction de l’identité personnelle, et c’est souvent le moment des premières histoires d’amour.

Cela signifie qu’un couple qui s’est formé très jeune est plus à même d’avoir « fixé » une chanson particulière dans sa mémoire commune , au cours de ce fameux « pic de réminiscence ». C’est exactement ce qui s’est passé pour Barbara et David (les prénoms ont été changés), qui ont participé à notre étude à paraître.

Il y a 5 ans, Barbara a appris qu’elle souffrait de la maladie d’Alzheimer. Elle était souvent agitée et désorientée. Parfois, elle n’arrivait plus à reconnaître son mari David. Le jour où elle l’a chassé de leur maison, le prenant pour un cambrioleur, David ne voyait pas du tout comment lui faire comprendre qu’ils étaient ensemble depuis presque 60 ans.

Aujourd’hui, il explique que c’est grâce à la musique, et à une chanson en particulier, que Barbara s’est finalement rapprochée de lui. En effet, la nuit de leur rencontre, les amoureux avaient dansé sur la dernière chanson de la soirée, Unchained Melody, par les Righteous Brothers. David a donc décidé de chanter la mélodie d’Unchained Melody à Barbara tous les jours, et en fin de compte elle lui est « revenue », reconnaissant à nouveau son mari. Il semble que Barbara et David ont bien retenu la leçon de la chanson : « Je reviendrai à la maison, attends-moi » (« I’ll be coming home, wait for me »).

La musique est présente dans toutes les cultures que nous connaissons : certains chercheurs pensent qu’elle a joué un rôle dans l’évolution, en tant qu’ingrédient indispensable de cohésion sociale. Cette fonction de lien semble confirmée par le type de souvenirs que la musique réveille le plus souvent, qui évoquent la construction et le maintien des relations sociales.

Même pour ceux qui souffrent de démence, les souvenirs autobiographiques réveillés par la musique sont l’occasion de se rappeler d’une personne aimée, souvent son partenaire de vie ou son ex, ou bien d’une période intense de socialisation, comme les soirées du lycée ou les histoires d’amour vécues en temps de guerre.

En un sens, toutes les chansons ont le potentiel de devenir « nos chansons », et étant donné l’importance des relations sociales pour nous autres humains, il est possible que nous devions notre survie à la musique.

Amee Baird, Clinical Neuropsychologist and NHMRC-ARC Dementia Research Development Fellow, Macquarie University et Bill Thompson, Chief Investigator in the ARC Centre of Excellence in Cognition and its Disorders, Macquarie University

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Please follow and like us:

La psychologie environnementale et la maladie d’Alzheimer.

Please follow and like us:

Des portes personnalisées pour les chambres des résidents d’établissement d’hébergement. Une initiative qui permet de faire réfléchir sur les bénéfices qu’elle peut apporter, réminiscence, …

https://my-psychologie.com/2019/04/30/comment-la-psychologie-environnementale-aide-les-malades-dalzheimer/

Please follow and like us:

Santé, innovation, partage

Please follow and like us:
Voici le lien pour en savoir plus sur cet évènement:
https://www.parishealthcareweek.com/

Paris Healthcare Week

Différents villages thématiques prévus avec par exemple le village animation bien être, le village des entreprises de la e-santé, le village des start-up de moins de 3 ans foisonnant d’idées pour améliorer la santé de demain.

Please follow and like us:

Activités thérapeutiques non médicamenteuses

Please follow and like us:

Selon la constitution de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la santé est « un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité » .

Dans le cadre de maladie neurodégénérative, tel que  la maladie d’Alzheimer, les symptômes qui en résultent , comme la perte de l’orientation , les problèmes de langages , provoquent de l’anxiété , de l’angoisse , de l’apathie,…

Différentes activités, sources de plaisirs et intégrées à la vie quotidienne offrent une meilleure qualité de vie à ces personnes atteintes de démence. La stimulation des sens, des capacités, de l’autonomie permet de valoriser l’estime de soi, de rester ou redevenir actif et créatif.

La musicothérapie, l’art thérapie, la médiation animale, sont par exemple des activités thérapeutiques non médicamenteuses permettant de faire face avec humanité aux problèmes de dépendance psychique.

Nouvit est un site qui partage des témoignages de professionnels utilisant différentes connaissances afin de nourrir la relation d’aide, et donc de devenir de véritables soutiens.

Please follow and like us: